Le chat et le manager #Grèves heureuses

5 décembre 2019. Grâces soient rendues aux intrépides grévistes campés dans le froid pour défendre d’antiques privilèges, me voici bien au chaud à la maison entre mon chat et mes livres. Avec une furieuse envie de ne pas travailler. Certes, je pourrais faire ma gestion… Mais si, plutôt, j’observais mon chat ?

Il y a quelques mois, Mathieu Maurice et moi avons signé un livre sérieux et amusant à la fois sur la décision en entreprise : « la décision fertile ». En apparence, prendre l’exemple du chat pour illustrer un ouvrage sur la décision est une provocation, et c’est pourtant tellement éclairant…

lingvistov.com

Le chat dit-on est asocial. C’est-à-dire qu’il ne connait pas les règles de la société. Pas de chef de meute chez les chats. Cela ne l’empêche nullement d’être sociable, ni n’en fait un révolté. Simplement, il ne connaît aucune autorité et ignore ce qu’est un ordre. Il ne ferait pas un bon collaborateur.

Le chat semble hésitant. Il peut avec insistance réclamer l’ouverture d’une porte, puis délibérer devant le passage enfin libre pour finalement se résoudre à tourner les talons. On pourrait croire qu’il a un problème de décision. Il ne ferait pas un bon patron.

En réalité, je viens presqu’à mon insu de reproduire une représentation classique de la décision : une décision rationnelle, prise par une autorité, suivie d’une bonne « mise en œuvre »… principes dont, justement, notre livre décrit certaines limites.

Le matou montrerait-il le chemin (involontairement, puisqu’il n’entend guider personne nulle part) ?

Puisqu’aucune parole ne revêt pour lui le caractère d’une injonction, ce qui selon moi était une ferme instruction n’est pour mon chat qu’une simple proposition. Il l’évalue donc soigneusement, pour voir si elle peut tourner à son avantage ou non.

Et si, m’étant finalement résolu à préparer mes déclarations de TVA, je cède à sa sollicitation pressante pour m’écarter un peu de la table et lui offrir mes genoux, il se met à ré-évaluer les alternatives disponibles avant de se décider. 7 fois sur 10 il sautera sur mes genoux (et j’aurai bien du mal à venir à bout de mes problèmes de TVA). Mais 3 fois sur 10, il considérera que le radiateur à proximité est tout de même moins haut, et tout aussi chaud (nous avons des radiateurs bas recouverts d’une pierre accumulatrice).

Mon chat ré-évalue les couples opportunités-risques, et n’exclut jamais de changer d’avis.

Venons-en à notre livre (écrit, en ce qui me concerne, davantage dans les cafés parisiens ou en vacances qu’à la maison, pour les raisons décrites plus haut).

Si vous pensez que la décision est seulement rationnelle, vous risquez de peser indéfiniment le pour et le contre, sans parvenir à trouver un élément probant pour arbitrer. Pour sortir de cette impasse, parfois douloureuse, il faut se poser la question du chat : qu’est-ce qui « tournera à son avantage ». C’est-à-dire, projeter sa décision dans le futur et se demander si les conditions sont réunies (ou si l’on sera en situation et en capacité d’agréger les conditions favorables) pour que cette décision exprime son potentiel et se révèle bonne.

Autrement dit, ce qui fait le potentiel d’une décision c’est sa capacité à inter-agir avec un contexte : avec vos clients, avec votre entreprise, vos collègues et collaborateurs, voire vos concurrents, etc. Ces personnes peuvent-elles en devenir les acteurs, en sorte que c’est votre scénario qui prévaudra et qui ainsi se révèlera, a-posteriori, être la bonne décision ?

Si, à l’inverse, vous pensez que la décision est seulement volontariste, vous risquez de suivre une voie autoritaire, fondée sur des intuitions personnelles ou votre volonté de pouvoir. Bien entendu, vous attendrez des autres qu’ils appliquent, donc vous vous priverez de leur capacité d’adaptation au terrain et d’innovation, et, toujours logiquement, vous exclurez toute remise en cause.

Autrement dit, vous risquez de régner sur un monde univoque, où l’information ne circule plus (la parole n’étant pas libre) et dont le sens de l’action s’échappe peu à peu. Puisque la décision est devenue pour vous essentiellement un champ de pouvoir, vous n’autorisez plus la question du chat : « ré-évaluer les couples opportunités-risques ».

Il me semble donc que mon chat, quoique l’on pense de son immense paresse, a découvert trois idées utiles : la bonne décision est un projet qui repose sur une évaluation de la capacité que l’on a de faire tourner un contexte à son avantage. Dans le livre, nous appelons cela « polariser ». Elle est aussi une évaluation continue de couples de risques-opportunités, et donc elle ne se termine jamais (en tout cas, surtout pas au moment où elle est prise). Dans le livre, nous appelons cela « piloter le pari ». Enfin, sa capacité de devenir générative pour d’autres est déterminante dans le succès d’une décision. Dans le livre, nous appelons cela « polliniser ».

Alors, pâtée ou croquettes aujourd’hui ?

Extrait de « La décision fertile », Christophe Soisson et Mathieu Maurice, éditions Hermann

La métaphore du navigateur et du jardinier

1. Naviguer

Le dirigeant est un navigateur, car sa démarche consiste en grande partie à produire un scénario créateur de valeur et fédérateur pour l’équipage. Puis à assurer la cohérence et la constance du cap, ainsi qu’à rectifier en permanence sa trajectoire pour parer les risques et tirer parti des opportunités qui ne cessent d’apparaître.

Inauguration du Campus d’entrainement de l’Olympique de Marseille

Le nouveau centre d’entrainement de l’OM, baptisé OM campus, a été inauguré le 14 octobre 2018. Il complète le dispositif de la Commanderie par un nouveau site en centre-ville de Marseille, et comporte une réserve pour une 2ème tranche destinée à accueillir un centre de formation avec internat. Valeurs Ajoutées a assisté l’OM dans ce projet mené dans des délais record.

Un planning administratif « beau » comme un planning chantier !

Certaines situations induisent parfois un cumul impressionnant des procédures nécessaires avant de pouvoir lancer une construction.

La complexité résulte alors de l’articulation de ces différentes procédures entre elles, telles que : déclaration d’utilité publique, mise en compatibilité du PLU, demande spéciale d’autorisation du ministre chargé des sites, expropriation, désaffectation-déclassement du domaine public, chemin rural, PC unique en co-titularité valant division, et autres enquêtes publiques… Les choses se corsent encore lorsqu’il faut les mêler avec les procédures de la maîtrise d’ouvrage publique.

Le livre « La nouvelle relation Public-Privé » est sorti !

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon livre « La nouvelle relation Public-Privé ». Sous-titré « pour une co-production de l’investissement public », ce livre est publié aux éditions Eyrolles. Apprendre à déléguer, pour les uns, apprendre à servir, pour les autres, afin de dépasser la culture du conflit et ses gâchis !..

Cliquez pour acheter le livre « La nouvelle relation public-privé » sur le site des éditions Eyrolles !

Master 2 au CNAM – management de l’éco-construction et des quartiers durables

Ouverture et format

Master 2 du CNAM Paris. Le master accueille des salariés en exercice, en période de professionnalisation ; des candidats en contrats de professionnalisation ; des étudiants titulaires d’un M1 ou équivalent. Ouverture en Septembre 2017.

Lien CNAM : Lien Master site du CNAM

Une approche différente

L’originalité du master est de réunir l’éco-construction et le pilotage de projet. Cette démarche a beaucoup de sens.

Comment la conception numérique ré-organise la valeur ajoutée des acteurs de la construction

Le « BIM », ce sujet tellement à la mode… A l’évidence, on se jette sur cet OVNI avec un espoir de renouvellement à la démesure de l’immobilisme de l’acte de construire. Mais qu’est-ce-qui va changer vraiment ?

L’apparition de la maquette numérique dans le BTP est l’exemple d’une évolution technologique dont les implications ont le potentiel de polariser de puissantes créations de valeur… ou au contraire de décaler les entreprises, si elles n’acceptent pas certaines remises en cause les concernant.